«Traitez les gens comme s'ils étaient ce qu'ils pourraient être, et vous les aiderez à devenir ce qu'ils sont capables d'être.» Johann Wolfgang von Goethe

Accompagnement éducatif

Nous constatons que la majorité des familles ont des demandes réfléchies et réalistes fondées principalement sur une exigence de reconnaissance de leur enfant comme personne à part entière

Le projet éducatif, une pratique de la co-gestion de la scolarité

Nous constatons que la majorité des familles ont des demandes réfléchies et réalistes fondées principalement sur une exigence de reconnaissance de leur enfant comme personne à part entière.

La loi sur l’égalité  des chances introduite par la loi du 11 février 2005 institue la notion de parcours de formation comprenant le projet personnalisé de scolarisation (PPS). Cette notion sous-entend l’idée d’une progression plus ou moins lente du cheminement de l’élève. Mais elle s’accompagne également d’un accompagnement qui est la fonction première de l’enseignant référent de l’élève porteur d’un handicap.

 

Dans ce dispositif de scolarisation, trois étapes sont définies, la première est celle de l’observation, la deuxième celle de l’évaluation de l’élève, et la troisième étape synthétise le bilan scolaire.

L’observation.  En pratique, la première étape consiste à recueillir, de la manière la plus large possible, tous les indices donnés par l’attitude de l’élève dans la classe et par rapport aux autres. L’enseignant peut aussi établir des investigations plus larges dans la pluridisciplinarité. Au vu de ses observations il engage un dialogue avec les parents pour recueillir leur avis et favoriser un échange. Cette période d’observation est ensuite approfondie en croisant les regards des acteurs des autres champs professionnels : l’enseignant référent, le médecin de l’éducation nationale.

L’évaluation. L’étape d’observation donne lieu à la phase suivante, celle de l’évaluation. Cette évaluation a pour objectif de faire correspondre les compétences, les attitudes de l’élève à des critères didactiques. L’évaluation repère le rythme et la nature du type de scolarisation qui peut être envisagée. Elle énonce les différents besoins scolaires,  matériels, et humains (temps de présence, matériel pédagogique, accompagnement d’une auxiliaire de vie scolaire).

Le bilan scolaire. Dés lors que les étapes d’observation et d’évaluation ont eu lieu, arrive le moment de la synthèse des informations, le bilan scolaire général. A partir de celui-ci, le Projet Personnalisé de Scolarisation est élaboré. Le principe de cet outil synthétique est de donner une vision globale  compréhensible  par les professionnels et les parents. Les repérages du processus de projet personnalisé de scolarisation définis nous pouvons en tant  qu’enseignant dégager des réponses pédagogiques. A partir de ce bilan, l’enseignant doit nécessairement faire en sorte que l’objectif  de connaître telle notion ou de maîtriser tel comportement entre dans le projet personnel de l’élève.

shutterstock_123835756Les réponses pédagogiques du Projet Personnalisé de Scolarisation

Les équipes pédagogiques des unités pédagogiques d’intégration, doivent prendre en  compte, que les méthodes pédagogiques traditionnelles (au strict sens étymologique de « faire passer à un autre ») ne sont pas en adéquation avec le processus de mise en œuvre des apprentissages chez l’élève en situation de handicap. D’où la nécessité d’adapter les pratiques, en individualisant l’enseignement pour que chacun « avance à son pas ».

L’enseignement individualisé mis en oeuvre dans la scolarisation des élèves en situation de handicap,  tient compte  des différences cognitives, entre les élèves d’une même classe mais aussi intègre  pour chacun des élèves, son rythme de travail et ses variations, ses réactions affectives, les degrés de fatigabilité qui interviennent dans une activité. « Tenir compte de l’individualité de l’élève ce n’est pas seulement organiser le travail intellectuel de chaque élève, c’est aussi répondre à ses besoins d’ordre affectif et social ». Il s’agit d’intégrer, dans la pratique pédagogique,  la nécessité d’une part de comprendre les démarches d’apprentissage utilisées par chaque élève et d’autre part, de mettre en place des situations suffisamment différenciées pour que chacun à un  moment donné, dans une circonstance qui lui convient, s’approprie les connaissances visées. Nous pouvons parler dans ce processus d’apprentissage de médiation. La médiation pédagogique est un moyen efficace pour résoudre le problème qui se pose souvent dans la scolarisation de l’élève présentant une altération cognitive.  Il s’agit  en effet de réduire le décalage qui peut exister entre l’élève et ce qu’il doit apprendre. L’enseignant va alors se placer entre les variables de l’élève et les variables de la situation. En sollicitant autant que possible l’activité intellectuelle de l’élève présentant un handicap aux travers de situations variées, et en l’accompagnant, l’enseignant le replace dans une dynamique d’apprentissage fondée sur la notion de potentialités.

Un exemple de situation d’apprentissage par la médiation :

Au cours des périodes de formation en entreprise, la tutrice d’Éléonore constate la difficulté de placer une adresse sur une enveloppe. En effet, Éléonore inscrivait systématiquement cette adresse en haut et à gauche de l’enveloppe (pratique de l’écriture).  Dès son retour en classe, nous avons travaillé sur cet apprentissage. Il s’agissait pour Éléonore de trouver une stratégie spatiale. Elle a pris en compte cette difficulté à gérer  l’espace écriture d’une enveloppe. Dans un premier temps, elle indiquait l’adresse en positionnant son bras gauche sur la partie de l’enveloppe où il ne fallait pas écrire. Elle a répété cette stratégie. Cette  répétition spatiale acquise et mémorisée, elle a dans un deuxième temps réalisé ce travail d’adressage en respectant les normes administratives en vigueur. Éléonore a pris conscience de ses propres stratégies d’apprentissages.