«Traitez les gens comme s'ils étaient ce qu'ils pourraient être, et vous les aiderez à devenir ce qu'ils sont capables d'être.» Johann Wolfgang von Goethe

Un nouveau monde

Un monde fait de jardin suspendu, d’habitat intelligent, de mixité sociale se met en route sur le site de l’ancienne clinique Bon Secours. Pas-de-Calais habitat a mis le paquet. Et ça paie : l’ensemble a suscité l’intérêt du réseau lillois « j’innove ». Une trentaine d’entreprises est venue prendre exemple.
 Le budget. Pas-de-Calais habitat n’a pas hésité à jouer les gros bras L’Îlot Bon Secours est son projet phare. Le bailleur social a consacré un budget de 17 M E pour réhabiliter ce lieu emblématique et en faire une résidence de 70 logements.
 Mixité. En terme d’esthétique, rien à voir avec les tours des années 1960, À l’extérieur, les murs de l’ancienne clinique sont conservés.
Ici, le bailleur s’est soumis aux exigences de l’architecte des Bâtiments de France. À l’intérieur, tout a changé. Les premiers locataires sont arrivés en décembre 2010. Des 71 logements, 43 sont réservés à l’intergénération, les deux tiers destinés à des personnes âgées, le reste à des couples avec enfants. L’Îlot héberge également une crèche d’entreprises.
 Dix logements sont réservés à des adultes handicapés grâce à un partenariat avec l’association Down Up. Ils permettront ainsi à douze personnes d’accéder à l’autonomie, grâce à un logement adapté, à une cuisine ergonomique. Et à une mise en réseau avec leurs proches. Les premiers concernés pourront s’installer en juin. L’association, qui s’installera dans la résidence, sera une aide précieuse à proximité.
 Activités. Pour que tous ces publics ne restent pas dans leur coin, l’accent est mis sur les espaces de vie en commun. En bas de la résidence, ouvrira un kiosque. Dépôt de pain, relais colis, il sera tenu par l’association Down up. La chapelle, désacralisée, deviendra espace culturel, lieu d’expositions.
Au rez-de-chaussée, une salle de vie donne sur le futur jardin suspendu. Ouvert sur la crèche et sur la ville, il verra le jour au printemps prochain, au-dessus du parking en construction, côté rue Baudimont. Doivent aussi s’installer commerces, cabinets médicaux, paramédicaux. Et entreprises, dans les m² de surfaces commerciales. Plus qu’un Îlot, c’est un nouveau quartier qui s’ouvre.
Habitat intelligent. Ce qui fait aussi de l’Îlot un véritable prototype, c’est le concept de quartier numérique. Chaque logement sera équipé de tablette numérique et ainsi mis en réseau.
 PAR SARAH BARDIS arras@lavoixdunord.fr